Communauté

Les étranges superstitions de Jack Kerouac

Jack Kerouac, auteur prolifique, est devenu la voix de sa génération au travers de sa poésie beat, ses écrits et ses œuvres de prose spontanée. Connu pour ses romans Sur la route et Les Clochards célestes, Kerouac est un artiste inspiré qui deviendra, aux côtés de William S. Burroughs et Allen Ginsberg, le symbole d’un ordre social en mutation dans les années 50.

Il y a quelques jours, je suis tombée sur cette citation bizarre de Kerouac où il révélait les superstitions et rituels les plus intimes qu’il pratiquait quotidiennement. Je n’aurais jamais imaginé qu’un homme à l’écriture si spontanée et désinvolte puisse être sujet à une superstition relevant de l’obsession. Élevé dans la religion catholique, Kerouac a nourri une relation complexe avec sa spiritualité, et c’est précisément ce que révèle la citation ci-dessous. Son écriture fluide se lit sans effort, comme on écouterait un bon morceau de jazz et elle laisse à penser que les mots lui venaient naturellement. Mais Kerouac avait pour sa part l’impression de « perdre la tête » – une citation qui rappelle que même ceux immortalisés par des œuvres d’art emblématiques étaient aussi des êtres humains superstitieux et névrosés, comme nous tous.

Kerouac a passé la fin de sa vie auprès de sa troisième femme, Stella et de sa mère paralysée qui est mentionnée ci-dessous. En revanche, si vous savez ce qu’il entendait par les « chatons toujours présents », on serait très heureux de le découvrir dans les commentaires ci-dessous.

J’avais autrefois pour rituel d’allumer une bougie et d’écrire à sa lumière, puis de l’éteindre une fois que j’avais terminé pour la soirée… ainsi que de prier à genoux avant de démarrer (une habitude prise d’un film français sur George Frideric Handel)… mais maintenant je déteste tout simplement écrire. Ma superstition ? Je commence à suspecter la pleine lune. Je suis aussi accro au chiffre neuf, bien qu’on m’ait dit qu’étant du signe du poisson, je devrais plutôt m’en tenir au chiffre sept. J’essaie donc de faire 9 touchdowns par jour, ce qui consiste à faire le poirier, ma tête posée par terre sur une pantoufle dans la salle de bain, et à toucher le sol neuf fois avec mes orteils, tout en restant en équilibre. C’est d’ailleurs plus que du yoga, c’est un véritable exploit sportif, et qu’on ose me traiter de déséquilibré après ça ! En toute honnêteté, je pense que je perds la tête. J’ai aussi un autre « rituel », comme on dit, qui consiste à prier Jésus pour qu’il protège ma santé mentale et mon énergie afin que je puisse aider ma famille : soit ma mère paralysée, ma femme, et les chatons omniprésents. OK ?

[Bannière : « Jack Kerouac Typewriter » par kerouac]

Faites passer le mot
FacebookPinterestTwitterTumblrEmail

commentaires